Biologie animale, Comportement, Reproduction

La libellule trompe-la-mort

La reproduction chez les libellules n’est pas toujours une partie de plaisir. Tout commence quand elles émergent de leur phase larvaire aquatique pour s’adonner aux plaisirs voltige aérienne. Tous les mâles se ruent alors sur les femelles et les agrippent par le cou. Après un rapide vol en tandem, vient la copulation et les œufs ainsi fécondés sont prêts à être pondus.

copulation_AJ_Rassim_Khelifa
Copulation chez un couple d’aeshne des joncs (photo : Rassim Khelifa)

Chez de nombreuses espèces de demoiselles et de libellules, les mâles restent surveiller la ponte, parfois même en étant encore accrochés aux femelles pour décourager d’éventuels gêneurs. Et aussi pour s’assurer de leur paternité.

Mais il semble que le mâle d’aeshne des joncs s’en fiche. Une fois l’accouplement terminé, il repart vers de nouvelles conquêtes.

ponte_AJ_Rassim_Khelifa
Aeshne des joncs en ponte, au milieu de la végétation. (photo : Rassim Khelifa)

Les femelles pondent seules, tapies dans la végétation des berges, à la merci des prétendants célibataires. Ces derniers patrouillent sans relâche à la recherche d’une partenaire. Comme il est impossible pour eux de savoir si une femelle est prête à se reproduire, ils tentent leur chance à chaque fois. Il devient alors très compliqué pour elles de partir se reposer après leur ponte sans se faire de nouveau enlever.

Et c’est épuisant pour les femelles. Voilà pourquoi elles ont développé une stratégie toute particulière pour échapper aux mâles trop insistants.

A peine sorties de leur site de ponte, elles fuient les mâles qui se lancent à leurs trousses. Si la course-poursuite s’éternise, elles se stoppent en plein vol, tombent et se font passer pour mortes en restant immobiles au sol. Leurs poursuivants, déçus, passent alors leur chemin et repartent patrouiller.

schema_article_francais

Le plus souvent les femelles choisissent de tomber dans des buissons ou des herbes hautes pour se cacher. Si leur corps semble mort, leur esprit reste vif : elles sont capables d’effectuer un décollage d’urgence pour rejoindre les airs au moindre danger.

Ce comportement est loin d’être rare et semble même être pratiqué avec une certaine rigueur. Cette astuce confèrerait ainsi une sacrée économie d’énergie et de temps pour les femelles qui en ont bien besoin durant cette période intense de reproduction.

par Hugo Le Chevalier

 


Sources :

• Khelifa, R. (2017). Faking death to avoid male coercion: extreme sexual conflict resolution in a dragonfly. Ecology, 98(6), 1724-1726.
 Photos en-tête : Terry Thormin

logo_licensewordpress-pdf-icon

1 réflexion au sujet de “La libellule trompe-la-mort”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s